Les statues-menhirs

Déparatement du Gard

Saint-Benezet, statue de Candelaire

Blauzac, statue de la Maison Ferrand

Bragassargues, statue du Château de Roux

Collorgues, statue 1 de l'Hypogée de Teste

Collorgues, statue 2 de l'Hypogée de Teste

Euzet-les-Bains, statue du Colombier

Foissac, statue de l'Hypogée de Lacré

Baron, statue de Fontcouverte

Montagnac, statue du Cimetière

Montagnac, statue de Maison Aube

Sanilhac-et-Sagriès, statue de Montaïon

Remoulins, statue 1 de la grotte de la Sartanette

Castelnau-Valence, statue de Rosseironne

Saint-Théodorit, statue des Roumanis



Saint-Benezet, statue de Candelaire

  • Découverte en 1930 lors de travaux agricoles et identifiée par A. Bernady en 1958.
  • Son contexte culturel est inconnu.
  • Calcaire.
  • 64.5 x 37 x 12 cm.

  • Description :
    Cette petite dalle est de forme subrectangulaire et dont les surfaces sont soigneusement régularisées. Les motifs sont dégagés et légèrement inclinés. Le visage en "T" semble animé par deux yeux en pastilles, sans arc sous-orbitaux. Ce visage est surmonté d'un bandeau en relief et entouré d'un cadre facial (bloc nez-sourcils-bras). Les avant-bras sont relevés, terminés par des mains. Il n'y a pas de crosse ou autre objet, et les flancs sont côtelés.
    Conservé chez M. de Labouchère, à Saint-Benezet.

Blauzac, statue de la Maison Ferrand

  • Découverte en 1977 par M. Ferrand sur une décharge à Blauzac, signalée par M. Vivies.
  • Molasse miocène.
  • Hauteur conservée 125 x 47 x 14 cm.

  • Description :
    Il s'agit d'une grande dalle ovalaire dont la base est brisée anciennement. Une tête munie de bourrelets latéraux est dégagée au sommet. La surface est piquetée et les flancs bien régularisés. Les motifs très abrasés sont au nombre de neuf. Le visage est indiqué par un "T" arqué, muni des yeux, sans arcs sous-orbitaux ; un motif proche du collier l'entoure. Les avant-bras pliés tiennent une crosse très endommagée. A la taille une ceinture surmonte un objet horizontal, lui-même placé au-dessus d'un rectangle traité en retrait. Les flancs sont côtelés.
    Conservé chez M. Ferrand à Blauzac.

Bragassargues, statue du Château de Roux

  • Découverte en 1902 par M. Bergeron lors de travaux agricoles.
  • Son contexte culturel est inconnu.
  • Calcaire oligocène à cyrènes.
  • 51 x 26 x 16 cm.

  • Description :
    C'est une petite dalle quadrangulaire, épaisse. La surface est grossièrement piquetée et les flancs sont régularisés. Les motifs sont essentiellement gravés. Le visag est traité en "U" facial et les yeux sont en pastilles : l'oeil droit est détruit, le nez est bien dégagé. Des arcs sous-orbitaux sont gravés. Les avant-bras à peine visibles sont prolongés par des mains disproportionnées. Il n'y a ni crosse, ni objet. Les flancs sont côtelés.
    Conservée au Museum d'Histoires Naturelles de Nîmes.

Collorgues, statue 1 de l'Hypogée de Teste

  • Découverte en 1879 par M. Teste lors de travaux agricoles.
  • Elle a été trouvée au-dessus d'un puits de mine à silex réutilisé en sépulture au Chalcolithique.
  • Grés oligocène.
  • 175 x 70 x 15 cm.

  • Description :
    Il s'agit d'une grande dalleovalaire dont la base est appointée. La surface qui porte les motifs est bien aplanie. Les six motifs en relief sont regroupés dans le tiers supérieur. Au sommet, une tête est dégagée. Le visage est en "T" muni des yeux en relief sans arcs sous-orbitaux. Le cadre facial souligne le visage. Il contient des seins. Les bras sont reliés au visage (bloc nez-sourcils-bras). Les avant-bras pliés surmontent une crosse horizontale. Les flancs sont lisses.
    Conservée au musée de Lodève.

Collorgues, statue 2 de l'Hypogée de Teste

  • Découverte par Nicolas en 1888, elle servait de linteau dans une galerie de mine de silex, utilisée au Chalcolithique.
  • Grés oligocène.
  • 180 x 70 x 15 cm.

  • Description :
    Grande dalle ogivale dont la base est large et le sommet dégagé par un épaulement allongé. Elle est régulièrement piquetée sur toute sa surface. Elle possède cinq motifs qui sont : le visage en "T" légèrement arqué, muni des yeux sans arcs sous-orbitaux, surmontant une crosse oblique, et des seins. Ces derniers sont encadrés par les bras dont les avant-bras sont légèrement pliés et terminés par des doigts gravés. Les flancs sont lisses.
    Conservée au musée de Lodève.

Euzet-les-Bains, statue du Colombier

  • Découverte par M. Troupel et identifiée par MM. Mazel et Greffeuille lors de travaux agricoles.
  • Le lieu de découverte est un habitat chalcolithique fouillé par la suite par M. Hugues.
  • Calcaire.
  • Hauteur conservée : 41 x 38 x 16 cm.

  • Description :
    C'est une petite dalle qui fut brisée anciennement. Sa forme est probablement ogivale ou subrectangulaire. Sa face antérieure est plane. Son dos bombé porte une grande cupule. Elle possède sept motifs. Le visage est en "U" et les yeux en relief sont soulignés par des arcs sous-orbitaux gravés. Au-dessus de la face, trois bandeaux égalements gravés se prolongent sur les flancs. Les bras aux avant-bras pliés se terminent par des doigts qui sont légèrement décalés et tenant un objet oblique muni d'une cupule naturelle. Les flancs côtelés partent de la face antérieure.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.

Foissac, statue de l'Hypogée de Lacré

  • Découverte en 1900 par Ulysse Dumas lors de travaux agricoles.
  • Elle fut réemployée dans une galerie de mine de silex.
  • Grés de Combarlaud.
  • 155 x 63 x 10 cm.

  • Description :
    Il s'agit d'une dalle brisée lors de travaux agricoles. Cette grande dalle très fine de forme ovale presque losangique, ne porte qu'une seule figuration bien visible : il s'agit d'une crosse. Sa surface est soigneusement piquetée et semble avoir subi un polissage. Un visage très effacé existe au sommet et fut découvert à l'occasion de cette exposition. C'est un "U" facial peut-être muni des yeux. Sur la face antérieure se remarque la trace d'un piquetage grossier, localisé au milieu et à gauche : il semble que le visage et d'autres motifs aient été volontairement effacés. Les bras sont absents et les flancs sont lisses.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.

Baron, statue de Fontcouverte

  • Découverte en 1974 par M. Carayon lors de travaux agricoles sur une station préhistorique.
  • Calcaire.
  • 126 x 60 x 35 cm.

  • Description :
    Le support est une grande dalle quadrangulaire à base et à sommet arrondi dont la face et les flancs sont soigneusement régularisés. Cette statue est dans un état remarquable. On reconnait facilement les quatre motifs : le visage en "T" est muni des yeux, sans arcs sous-orbitaux. Les avant-bras tendus se terminent par des doigts. Ces mains rudimentaires soutiennent un objet de type languedocien. Sur la poitrine se voit un élément double constitué de deux rectangle accolés. Les flancs sont lisses.
    Conservée par M. Carayon à Baron.

Montagnac, statue du Cimetière

  • Découverte par C. Hugues en réutilisation comme pierre tombale dans le cimetière de Montagnac.
  • Son contexte culturel est inconnu.
  • Calcaire.

  • Description :
    Petite dalle subrectangulaire, amincie tardivement. La face antérieure est très endommagée et porte quatre motifs légèrement inclinés. Le visage de technique mixte est proche du "U" facial : il est surmonté d'un bandeau et les yeux sont représentés sans arcs sous-orbitaux (bloc nez-sourcils-bras). Les avant-bras sont relevés et se terminent par des mains très endommagées. Il n'y a pas de crosse ni d'objet. Les flancs sont côtelés. Le dos porte une inscription funéraire de 1843. Le sommet est creusé d'une cupule suggérant l'emplacement d'une croix.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.

Montagnac, statue de Maison Aube

  • Découverte par C. Hugues en réutilisation dans une cave.
  • Son contexte culturel est inconnu.
  • Molasse miocène.
  • 85 x 38 x 34 cm.

  • Description :
    Petite dalle subrectangulaire munie d'un léger épaulement au sommet. La base est endommagée. Les motifs sont très bien dégagés sur la surface finement piquetée. Les bras et le visage sont légèrement inclinés. Le visage en "T" porte des yeux. Ce visage est entouré d'un cadre allongé, double à sa base. Il n'y a pas d'arcs sous-orbitaux. Au-dessus du visage sont sculptés trois bandeaux. Le visage et les bras sont reliés (bloc nez-sourcils-bras). Les avant-bras sont relevés et se terminent par des mains. Une ceinture est représentée en bas de la composition. Il n'y a pas d'objet ou de crosse, et le les flancs sont côtelés.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.

Sanilhac-et-Sagriès, statue de Montaïon

  • Découverte en 1984 par M. Bruguière, identifiée par M. Duret et mis au jour par un défonçage.
  • La fouille entreprise par X. Gutherz et L. Jallot a permis de reconnaitre à son emplacement initial une structure de pierre levées au sein de laquelle la stèle trouvait sa place.
  • Ce "monument" a livré des céramiques du groupe de Ferrières (Néolithique final, soit environ 2700 avant notre ère).
  • Calcaire molassique.
  • 160 x 60 x 20 cm.

  • Description :
    Grande dalle ogivale à épaulement naturel. La surface est aplanie et mise en forme par piquetage régulier. Le visage est absent, et le sommet porte une cupule naturelle. Une crosse en relief est surmontée d'une seconde, gravée et à peine visible (ébauche ou tracé abandonné ?). L'objet à large boucle, divisée en son milieu, surmonte un élément double constitué de deux triangles. Ces motifs sont disposés selon un même axe transversal oblique. Les membres supérieurs sont absents et les flancs sont lisses.
    Conservée chez M. Bruguière à Sanilhac.

Remoulins, statue 1 de la grotte de la Sartanette

  • Découverte par MM. Bonnet et Malaval lors des fouilles de 1984 dans la grote, elle était abandonnée avec une autre stèle, parmi des rejetés lors des fouilles anciennes.
  • Cette grotte a abrité des sépultures et a servi d'habitat du Néolithique à l'âge du Bronze.
  • Calcaire molassique miocène.
  • Hauteur conservée : 90 x 50 x 13 à 22 cm.

  • Description :
    Dalle de forme ogivale dont la base a été brisée. Les faces sont régularisées par un piquetage grossier. Le visage est réduit à un "U" facial sans les yeux. Le seul autre motif est une crosse horizontale. Les flancs sont lisses et les memebres supérieurs absents.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.

Castelnau-Valence, statue de Rosseironne

  • Découverte en 1961 par M. Meyrueis lors de travaux agricoles.
  • Son contexte culturel reste imprécis.
  • Calcaire lacustre oligocène.
  • Hauteur conservée : 175 x 70 x 15 cm.

  • Description :
    Cette grande dalle de forme ogivale est l'une des mieux conservée du Gard. Sa surface est soigneusement piquetée. La composition complexe comprend dix motifs bien visibles.
    Ils sont essentiellement en relief et disposés selon un axe vertical légèrement oblique. La base est brisée, la statue devait être probablement plus haute d'un tiers. Le visage est en "T" arqué. Les yeux sont en relief. Le nez est épais, triangulaire sans arcs sous-orbitaux.
    Un cadre facial en creux souligne le visage. Ce dernier est surmonté d'un double bandeau. Les bras sont reliés aux arcades sourcilières (bloc nez-sourcils-bras). Les avant-bras relevés vers le visage se terminent par des doigts.
    Un baudrier à deux branches, dont l'une passe sous le bras gauche, soutient un objet endommagé par le soc d'une charrue. Sa branche droite est recoupée par une crosse en creux, probablement postérieure au décor initial. Les flancs sont côtelés. Sous l'objet se voit la partie supérieure d'un rectangle en relief.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.

Saint-Théodorit, statue des Roumanis

  • Découverte par M. Brun au cours de travaux agricoles et encastrée dans un mur en 1880.
  • Son contexte culturel est inconnu.
  • Calcaire miroitant.
  • Hauteur conservée : 29 x 34 x 8 cm.

  • Description :
    Petite dalle probablement quadrangulaire au sommet arrondi, brisée à mi-hauteur. Le visage est en "U" et les yeux en pastille sont soulignés par des arcs sous-orbitaux. Un collier gravé supporte une grosse perle tubulaire. Les membres supérieurs sont traités en creux. Les avant-bras tendus sont terminés par des mains qui ne tiennent ni objet, ni crosse. Les flancs sont côtelés.
    Conservée au Museum d'Histoire Naturelle de Nîmes.