Les statues-menhirs

Département du Vaucluse

Puyvert, stèle 1 de la Lombarde (Vaucluse)

Puyvert, stèle 2 de la Lombarde (Vaucluse)

Avignon, stèle des Doms (Vaucluse)

Isle-sur-Sorgue, stèle de la Bastide (Vaucluse)

Stèle du Beaucet (Vaucluse)



Puyvert, stèle 1 de la Lombarde (Vaucluse)

  • Découverte en 1959 par G. Lebre ; elle était probablement en relation avec une sépulture.
  • Calcaire lacustre de Saint-Didier.
  • Hauteur : 32 cm ; largeur : 15 cm ; épaisseur : 6 cm.

  • Description :
    La forme générale est triangulaire, le sommet est concaveet la base brute en forme de rostre. Le visage est creusé en retrait de la surface de la pierre ; le nez et les arcades sourcilières sont en relief et les yeux sont figurés par deux pastilles. La base du visage est ouverte. Le décor est constitué de fines gravures : des séries de chevrons alternés limitent des losanges et des triangles réservés. La régularité et la précision de l'ensemble ne sont qu'apparentes et l'on peut remarquer de nombreux dérapages dans le trait et une dissymétrie entre les parties gauche et droite du décor.
    Conservée au Musée Calvet à Avignon.

Puyvert, stèle 2 de la Lombarde (Vaucluse)

  • Découverte en 1966 par G. Lebre à proximité du lieu de découverte de la stèle n°1 ; elle était donc probablement en relation avec une sépulture.
  • Calcaire lacustre oligocène.
  • Dimensions : 35 x 19 x 5.5 cm.

  • Description :
    La forme générale est subrectangulaire, le sommet est concave et la base brute en forme de rostre. Le visage est creusé en retrait par rapport à la surface de la pierre avec les arcades et le nez en relief. Les yeux étaient probablement indiqués par deux pastilles. La forme du visage est fermée vers le bas. Le décor de chevrons est finement gravé mais partiellement effacé. On remarque l'organisation du décor sensiblement différente par rapport à celui de la stèle n°1.
    Sur la partie supérieure, au-dessus du visage, des zones horizontales de hachures en arêtes de poisson contrariées délimitent des losanges et des triangles sur les bords, de part et d'autre du visage des zones verticales d'arêtes de poisson.
    Conservée au Chateau de Lourmarin.

Avignon, stèle des Doms (Vaucluse)

  • Découverte en 1960 dans des terres archéologiques remaniées.
  • Fouilles de S. Gagnière.
  • Molasse burdigalienne.
  • Dimensions : 26 x 14 x 10 cm.

  • Description :
    La forme générale est celle d'une petite borne. La surface porte localement des traces de crémation. Le visage est représenté en creux par rapport à la surface de la pierre ; le nez et les arcades sourcilières sont réservés en relief. Les yeux sont marqués par deux cupules ; une autre cupule orne la partie frontale et une autre, sur la partie inférieure, est pourvue de huit rayons. Sur la face dorsale, on dénombre dix-huit cupules de tailles différentes.
    Conservée au Musée Calvet à Avignon.

Isle-sur-Sorgue, stèle de la Bastide (Vaucluse)

  • Découverte en 1930, hors contexte.
  • Molasse burdigalienne.
  • Dimensions : 46 x 29 x 17 cm.

  • Description :
    La forme générale est celle d'une borne. Les deux faces portent un décor profondément gravé. Sur la face antérieure (A) un double arceau dont la base est barrée par un arc de cercle. Deux cupules forment les yeux et cinquante autres de tailles variables forment des motifs organisés (cercles). Sur l'autre face (B), un double arceau à base fermée figure, les yeux sont également marqués par deux cupules et la partie inférieure porte une unique grosse cupule. La présence du décor sur les deux faces est particulièrement originale, son interprétation est restée longtemps difficile à cause de l'extrême shématisme.
    Conservée au Musée Calvet à Avignon.

Stèle du Beaucet (Vaucluse)

  • Identifiée en 1984, en réemploi dans une construction du XVIII, par M. Castan.
  • Calcaire lacustre.
  • Hauteur conservée : 15 cm ; largeur : 19 cm ; épaisseur : 9 cm.

  • Description :
    Toute la partie inférieure manque mais la forme générale devait être sensiblement triangulaire ; on note la forte épaisseur. Le visage schématique de forme trapézoïdale est creusé en retrait de la surface de la pierre avec les arcades et le nez en relief. Le décor de chevrons est profondément gravé, d'aspect assez grossier, il est constitué de surfaces de chevrons partiellement alternés délimitant des triangles et des losanges réservés. On remarque la présence de traces de colorants rouges.
    Conservée chez l'inventeur en Avignon.